Tuto traitement d'image de la Voie lactée sur Lightroom. - Alexandre Lachausse

Tutoriel de traitement d'image de la Voie lactée sur Lightroom.

Jeudi, 28 juin 2018

Dans ce tutoriel je vais aborder le traitement de la Voie lactée uniquement avec Lightroom. Je vais vous montrer ma manière de procéder, c'est un développement relativement basique qui permet d'avoir déjà une bonne base.

On trouve beaucoup de styles différents en matière de traitement de Voie lactée, car comme ce sont des photos de nuit, l’interprétation personnelle et une certaine liberté y sont plus favorables. Voici par exemple deux photographes dont j’adore le travail, le premier réalise plus des composites, c’est-à-dire des montages de plusieurs photos avec Photoshop, et le second reste un peu plus naturel avec des images très détaillées et colorées.


© Mikko Lagerstedt

© Michael Shainblum

Pour en revenir à notre traitement, sachez déjà qu’il faut une bonne prise de vue, c’est important d’exposer notre image le plus sur la droite de l’histogramme en évitant de cramer les hautes lumières.


Voici les données Exifs: Canon 6D + Samyang 14mm f/2.8 (@f/2.8), ISO 6400 et 25s.

Voici les données Exifs: Canon 6D + Samyang 14mm f/2.8 (@f/2.8), ISO 6400 et 25s.

Ici sur cette image j’ai sacrifié une petite partie des hautes lumières afin d’avoir un premier plan un peu mieux exposé, mais en faisant une deuxième image et en l’exposant moins je pourrai les mélanger dans Photoshop afin d’avoir une exposition correcte, pareil pour les ombres en exposant plus. C’est ce qu’on appelle un « blending », mais nous n’allons pas voir ça maintenant, nous restons uniquement dans Lightroom.


Donc, pour commencer mon traitement, je coche la suppression d’aberration chromatique et la correction d’objectif. Comme mon Samyang 14mm n’a pas de contact électronique il ne peut pas communiquer avec mon boîtier et du coup ne peut apparaître automatiquement dans le profil de correction. Il suffit alors de cliquer sur le menu déroulant « Marque » et d’y choisir Samyang et ensuite le « Modèle » d’objectif au besoin.


Ensuite je remonte et je m’occupe de la balance des blancs. Pour mieux y voir je pousse les curseurs de la vibrance et de la saturation au max et je cherche un bon équilibre entre le bleu et le jaune et aussi entre le vert et le magenta, mais c’est également une affaire de goût.


On peut remettre les curseurs de la vibrance et de la saturation à 0, soit en doube-cliquant sur le nom, soit sur le curseur. Puis j’applique un premier traitement de base sur toute l’image. Je préfère commencer léger sans trop pousser les curseurs sinon on va vite trop loin.


Ensuite je crée un premier « Filtre Gradué (M)» pour la pollution lumineuse et le premier plan.


Le traitement que l’on applique n’aura d’effet que sur la zone rouge.

Le traitement que l’on applique n’aura d’effet que sur la zone rouge.

Je refroidis un peu la balance des blancs, je baisse les hautes lumières et remonte les ombres.


Ici on voit le résultat du filtre, mais étant allé un peu trop loin avec les ombres, elles virent au magenta dans les angles.

Ici on voit le résultat du filtre, mais étant allé un peu trop loin avec les ombres, elles virent au magenta dans les angles.

Encore une fois, l’important est de ne pas trop tirer sur les curseurs, on peut revenir sur notre développement pour réajuster certains détails par la suite.

Je crée un deuxième « Filtre Gradué (M) » pour le ciel cette fois-ci.


Je pousse pas mal le curseur du contraste et un peu aussi ceux de la clarté et de la saturation.

Je pousse pas mal le curseur du contraste et un peu aussi ceux de la clarté et de la saturation.

Au besoin je réajuste l’emplacement des deux filtres gradués pour que la transition soit propre.


J’utilise aussi le filtre radial pour éclaircir ou assombrir certaines parties de l’image, c'est faisable également au pinceau, mais le résultat avec le filtre radial est plus subtil.


Vous pouvez en ajouter plusieurs, mais n’ayez pas la main trop lourde, cela doit rester subtil.

Vous pouvez en ajouter plusieurs, mais n’ayez pas la main trop lourde, cela doit rester subtil.

Ensuite j’applique une légère courbe en S en faisant un « cut » dans les noirs à un peu moins de 10%. C’est-à-dire qu’il faut sélectionner le point du bas à gauche, dans la courbe et le remonter légèrement, comme sur l’image ci-dessous.


Si vous avez une courbe qui apparaît différemment, cliquez sur l’icône "courbe" en bas à droite du carré rouge.

Si vous avez une courbe qui apparaît différemment, cliquez sur l’icône "courbe" en bas à droite du carré rouge.

Dans l’onglet TSL (Teinte, Saturation et Luminosité), j’applique quelques réglages très légers.


Finalement j’ajoute de la netteté et je réduis aussi le bruit en n’hésitant pas à zoomer à 100% pour mieux juger de l’effet.


Voilà vous pouvez maintenant exporter votre image en n’oubliant pas de la redimensionner pour le support où vous souhaitez la diffuser. Par exemple pour Facebook, il est recommandé d’exporter en 2048px sur le plus long côté afin d’éviter qu’il ne la compresse d’avantage.

Vous pouvez aussi sauvegarder ce traitement en créant un nouveau paramètre prédéfini (Ctrl+Maj+N), cela vous fera gagner du temps sur les prochaines, vous n’aurez plus qu’à ajuster les filtres et certains paramètres.


Une fois créé, les paramètres prédéfinis apparaissent dans la colonne de gauche, dans l’onglet "Développement".

Une fois créé, les paramètres prédéfinis apparaissent dans la colonne de gauche, dans l’onglet "Développement".

Et voici l’image finale :


Powered by SmugMug Log In